Gaël Aymon - Golden Valley - Gallimard jeunesse, Scripto, 2016 - 175 p. - 8.65€

Golden-couv-PAGE

Après avoir étudié toute l'année dans un internat en Angleterre, Max vient passer quelques semaines de vacances en Birmanie où sont installés ses parents. Il y rencontre quelques jeunes birmans dont Dolly dont il tombe amoureux. Mais la situation du pays est en pleine mutation : son père qui travaille dans une grosse entreprise est interpellé par un journaliste car les travaux de construction d'un barrage ont expulsé de leurs logements des habitants pauvres. Max voudrait comprendre mais son père ne semble pas prêt à lui expliquer quoi que ce soit. Dolly quant à elle, appartient à une association de défense des libertés mais reste très discrète sur le sujet. En voulant en savoir plus, Max ne risque-t-il pas de la mettre en danger ? 

Ce roman qui commence par une idylle sentimentale penche très vite vers d'autres sujets plus profonds. Max se retrouve confronté au choc des cultures et à la réalité du pays dans lequel il vient d'arriver. S'afficher avec une jeune fille est très mal vu, poser des questions dérangeantes encore plus. Le jeune étudiant insouciant qui ne pense qu'à nager ou approcher Dolly se transforme petit à petit en citoyen curieux et les dernières pages du livre sont incroyablement positives et pleines d'espoir. Une conscience est née. Parions qu'il en soit de même pour nos lecteurs après avoir refermé cet ouvrage...