Guillaume Guéraud - Plus de morts que de vivants - Rourgue, Doado noir, 2015  - 251 p. - 13.70€

gueraud

Au collège Rosa Parks, c'est un vendredi, veille de vacances, qui s'annonce comme d'habitude. Un cours d'anglais qui commence, un élève en retard chez la CPE...Mais les apparences sont trompeuses : il suffit d'un nez qui saigne ou de quelques boutons rouges sur un bras pour que les choses prennent une autre tournure. Un étrange virus foudroie en quelques heures des dizaines d'élèves et d'adultes dans l'établissement...

Un nouveau Guéraud, c'est toujours un événement ! Ce dernier ne déroge pas à la règle : il dérange. Il dérange car il n'hésite pas à décrire, dans les détails, les conséquences de l'attaque du virus, les mares de sang, les membres qui tombent...Encore mieux que les scènes mythiques d'Urgences !! Le seul problème c'est qu'on n'a pas le beau Doug Ross pour compenser. Ici, on a peu de choses positives à quoi se raccrocher : les scènes sanglantes sont entrecoupées de rapports du Principal au Rectorat ou des communications avec les services de secours. Pas de traces d'un héros qui survit héroïquement ou d'un adulte qui se montre exemplaire, ben non, ils meurent tous !! Un livre qui nous parle car à l'époque d'Ebola, on se dit que la réalité n'est pas si loin de la fiction et inversement.