Didier Pobel - Maman aime danser - Bulles de savon, 2016 - 67 p. - 12€

Danser-Une

Tom est tiré du lit par sa grand-mère ce vendredi soir. Elle l'emmène chez elle et ils passent le week-end ensemble. Le lundi, il ne va pas à l'école. Tom ne comprend pas bien ce qui se passe : son père lui répète que sa maman aime danser. Mais la maman n'est pas là, les adultes chuchotent et ont les yeux rouges...

Jamais le mot "attentats" n'est prononcé. La maman n'est pas rentrée de son concert mais personne n'explique à Tom pourquoi. Il exprime avec la naïveté d'un enfant le manque et les interrogations. C'est très particulier comme façon d'aborder les attentats du 13 novembre et le deuil, même si évidemment on comprend la difficulté à dire et à trouver les mots. Je ressors interrogative de ce roman, comme Tom qui n'apprendra que bien longtemps après ce qui s'est passé ce jour-là.