bouquinales

Cela commence par un petit clin d'oeil sur Facebook :

"Cher papa, chère maman, je ne suis pas revenue vous voir depuis plusieurs semaines. Vous me manquez beaucoup. Je suis disponible le week-end du 11 et 12 avril. Acceptez-vous que je réintègre ma chambre d'enfant pour 2 nuits ? Je serais tellement heureuse de passer ces quelques jours avec vous. Bisous Hélène

(Ah, il y a les Bouquinales à Hazebrouck avec Yaël Hassan, Clémentine Beauvais et Gaël Aymon ? Quel heureux hasard...)

Pour éviter que je ne me traîne une réputation de fille indigne, sachez quand même que j'avais prévu ma venue chez mes parents depuis longtemps, d'abord pour les voir eux et puis ensuite parce que ma filleule fêtait ce même samedi ses 21 ans et les 22 ans de son ami... 

La vérité étant rétablie (et mon honneur avec !), je me suis donc rendue pour la 1ère fois à ce salon du livre, à Hazebrouck, dans le Nord.

Premières impressions plutôt positives. Même si j'ai trouvé la salle un peu exigüe (le moindre arrêt à une table pour discuter avec un auteur empêchait les autres visiteurs de circuler...), le plateau d'auteurs jeunesse était de qualité (j'avoue que j'ai zappé les auteurs vieillesse...). 

J'ai donc pu discuter avec Yaël Hassan, Clémentine Beauvais (à qui j'ai dévoilé ma véritable identité, petit clin d'oeil perso !!), Gaël Aymon, Josette Wouters et cerise sur le gâteau, Eva Kavian dont j'ai découvert les romans chez Mijade il y a déjà quelques années mais que je n'avais jamais eu le plaisir de rencontrer. 

DSC00327

DSC00328

DSC00329

J'ai aussi rencontré les élèves de l'ULIS du lycée Depoorter d'Hazebrouck qui ont écrit un petit roman "La colère d'Alex". Ils dédicaçaient fièrement leur ouvrage (Emilie et Malika, un petit cadeau vous attend demain...).

 

 

 

 

 

 Des élèves de 3e du collège des Flandres avaient préparé une table ronde sur le thème du Web 2.0. Après avoir fait une très belle présentation des auteurs et de leurs livres, les jeunes ont questionné pendant une heure Y.Hassan, C.Beauvais et G.Aymon sur les réseaux sociaux et la place d'internet dans la littérature jeunesse. Un débat passionnant, où chaque auteur a d'abord expliqué son propre rapport aux réseaux sociaux. Clémentine Beauvais reconnaît son addiction, Yaël avoue que sa première question en arrivant dans un hôtel est de demander s'il y a du wifi ! G.Aymon est le moins geek : il ne possède qu'un téléphone "pourri", qui ne lit même pas les mails !

tableronde

Chacun assure cloisonner vie privée et vie professionnelle sur Facebook. Quand Clémentine fait des listes, Yaël se crée deux profils. Gaël utilise son profil comme une vitrine publicitaire car, explique-t-il, "il est loin le temps où les éditeurs faisaient notre pub, maintenant c'est aux auteurs de la faire."

Yaêl Hassan explique qu'il ne faut pas confondre journal intime et profil facebook. On lit parfois des post très intimes...Il faut vraiment réfléchir au poids de ces publications pour l'avenir, notamment professionnel. Quelle image renvoie-t-on de soi ?

A la question de savoir si parler du net est une stratégie marketing, Clémentine Beauvais note que la littérature ado est souvent en avance sur les sujets actuels contrairement à la littérature adulte. Si elle aborde ces sujets, c'est avant tout parce que c'est l'actualité, c'est la vie. Si on cherchait à faire du marketing, ajoute avec humour, Gaël Aymon, on parlerait de poneys ! Il ajoute que parler de la vraie vie des ados, sans parler d'internet c'est difficile. Un téléphone contient 50% de notre identité, notre identité numérique...

le-journal-de-philol-402617

Yaêl Hassan fait rire l'assemblée en racontant une anecdote sur la couverture du Journal de Philol qui représente une jeune fille ou en tout cas, ses jambes et ses chaussures. Quand elle s'en étonne auprès de son éditeur, on lui explique que ça fait vendre. Et en effet, Yaël remarque l'attrait particulier de cette couverture auprès des ados dans les salons du livre. D'où son injonction aux autres éditeurs : "mettez des chaussures sur mes couvertures !!"

Autre question passionnante qui a été abordée : vous considérez-vous comme un auteur engagé ?

Yaêl Hassan dit que pour elle, l'écriture est en elle-même un engagement. Elle n'écrit pas pour défendre des idées ni pour faire la révolution mais simplement parce qu'elle a des choses à raconter. Gaël Aymon explique qu'il a évolué sur le sujet. Au début, engagement voulait dire pour lui militer et volonté de convaincre. Mais depuis les attaques contre la littérature jeunesse, il s'engage, oui, contre une certaine vision de la société. La neutralité n'existe pas. Ses idées sont assumées et le mot idéologie n'est pas un gros mot !

Dernière question : peut-on aborder tous les sujets dans la littérature pour enfants et ados ? 

Clémentine Beauvais est persuadée que l'on peut parler de tout mais qu'il faut trouver la manière de le faire. De tout-petits sont parfois confrontés à des situations très difficiles, elle en a eu l'expérience dans sa propre famille, et il faut pouvoir en parler. Mais il est très difficile de publier quelque chose sur les thèmes du deuil, du handicap ou des addictions pour les petits. Les éditeurs sont frileux. La piste à creuser, c'est sûrement l'auto-édition qui devrait permettre plus de liberté.

Gaël Aymon précise que la piste du conte est intéressante pour s'adresser aux petits. La métaphore n'est pas forcément perçue par les enfants (comme l'inceste suggéré dans Peau d'âne) mais ce n'est pas grave, cela en parle, au-delà des mots.

Voilà donc un rapide aperçu de tout ce qui s'est dit durant cette table ronde. Il faut bien sûr féliciter les jeunes qui se sont investis dans ce projet (et qui sont venus un samedi après-midi !!) et évidemment leurs enseignants : je sais ce que cela représente de réaliser ce genre d'actions avec des ados !!

Bilan : une chouette après-midi et encore quelques livres de plus sur ma PAL !

Clémentine Beauvais - Les petites reines

beauvais

DSC00325

DSC00326

 

 

 

 

 

 

 

 

Eva Kavian - On ne parle pas de ça et Tout va bien

kavian

DSC00319

DSC00320

DSC00321

DSC00322

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaël Aymon - Les héros oubliés

DSC00323

DSC00324

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Josette Wouters - Zamir

DSC00317

DSC00318

Wouters

 

 

 

 

 

 

 

 

A retrouver bientôt sur le blog !