Christophe Léon - La vie est belle - La joie de lire, Encrage, 2013 - 152 p. 

vie-est-belle

Lewis revient sur l'événement qui a bouleversé sa vie : la mort de son père, harcelé au travail. Il nous raconte une enfance heureuse puis la lente détérioration des relations familiales. Mais aujourd'hui, deux sentiments l'animent, le dégoût face à sa mère qui refait sa vie et la vengeance contre celui qu'il tient pour responsable de la mort de son père. Mais pour cela il a une idée précise en tête et elle s'appelle Julia...

J'ai été bouleversée par ce roman comme je le suis par le thème du harcèlement au travail. Il y a quelque temps, j'ai compris à mes dépens, ce que ce terme pouvait signifier. Heureusement, les choses se sont arrangées d'elles-mêmes.Mais ce n'est pas le cas dans ce roman, malheureusement, très proche de la réalité.

Christophe Léon traite régulièrement de thèmes de société dans ces livres. Ici, chacun reconnaîtra les allusions aux nombreux suicides dans certaines grandes entreprises françaises (dans le livre, il s'agit de Violet Telecom). La description de l'étau qui se resserre autour de Pierre Delacroix est terrible : les projets qu'on ne lui donnent plus, la mutation, la mise à l'écart par les autres collègues. On sent très bien le piège se refermer. Par contre, ce n'est que petit à petit que l'on comprend ce que mijote Lewis. La chute est puissante car elle nous oblige à prendre position...

Un roman très fort, qui questionne l'actualité, qui fait réfléchir donc grandir, bref de la belle littérature jeunesse à conseilller dès la 3e.