Antoine Dole - Ce qui ne nous tue pas - Actes sud junior 2014   113p.  11€

Ce-qui-ne-nous-tue-pas-d-Antoine-Dole_visuel_article2

Lola se retrouve dans une cage d'escalier interpellée par Simone qui la prend pour une certaine Anna. La jeune fille finit par pénétrer dans l'appartement et découvre la vie d'une vieille dame déboussolée. Aussi déboussolée qu'elle d'ailleurs...Car Lola est en fuite. Elle fuit ses parents qui ont décidé de se séparer, elle fuit le collège, elle fuit Martin. Ces deux solitudes vont s'unir et tenter de se comprendre...

J'avais lu quelques billets chez mes amis blogueurs, pas forcément enthousiastes. Mais je voulais découvrir ce roman et surtout cet auteur que je ne connaissais pas encore. Personnellement, c'est un livre qui m'a beaucoup touchée. Comme quoi, chacun reçoit un texte différemment...et nos ados feront aussi sûrement leurs propres interprétations...

J'ai été séduite par la description de cette relation atypique, entre deux femmes de générations éloignées qui pourtant, prennent soin l'une de l'autre. Lola, en pleine crise d'adolescence, centrée sur ses propres problèmes, trouve quelqu'un d'autre à s'occuper et cela lui permet de relativiser ses soucis personnels. 

"Lola sait qu'elle retrouvera sa famille dans quelques jours, d'une façon ou d'une autre, que tout ira bien pour elle. Mais elle s'inquiète pour autre chose, pour quelqu'un d'autre qu'elle. Elle s'inquiète pour Colette, qui n'a plus personne, plus rien. Plus rien que les souvenirs, que ces morceaux de vie qu'elle convoque à toute heure de la journée et qui la mettent à l'abri, loin de cette réalité-là."

 Je vois cette histoire comme une parenthèse, une parenthèse qui, malgré la violence de ce qui arrive à Simone-Colette, est empreinte de beaucoup de tendresse et de compassion. Un très beau moment de lecture et de questionnement personnel à offrir à nos ados...

Petite précision : Lola est exclue du collège, par mesure conservatoire, pour protéger les autres de sa violence. J'ai lu que ce n'était pas comme cela qu'on excluait en vrai....Quelle importance ? (et si, on peut, en attente d'un conseil de discipline). Mais depuis quand un roman doit décrire la vérité vraie ? 

Ce qui est sûr, c'est que je vais de ce pas me jeter sur "A copier 100 fois" qui fait apparemment l'unanimité !